Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Ce blog présente mon voyage à vélo d'avril 2010 à avril 2011. Au départ projet de tour du monde sur 2 ans, par l'Asie et les 2 Amériques, il s'est finalement arrêté en Asie. C'est un voyage en solitaire, sur un vélo couché (Pioneer), que j'ai tenté de faire vivre a travers ce blog.
Bonne lecture.

ENGLISH google translation
(other languages avaliable)

Recherche

Itinéraire

Pour plus de détails,
veuillez cliquez sur les liens suivants : 

 

Europe

Asie

 

 

16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 11:19

 

Un petit mot, depuis... ... Bishkek !

Et oui, la frontière « peut-être fermée mais sans doute perméable » s'est révélée être infranchissable. Un mur de barbelés de 2m de haut a été dressé tout le long de la frontière, y compris sur la route séparant les postes de chaque pays. Pas de porte, pas de passage aménagée « au cas ou ». Juste des spirales de metal tranchant et uniforme...

Je n'y ai pourtant pas été avec le dos de la cuillère ! Arrivé a 11h30, je suis resté devant les barbelés pendant 6H, argumentant, suppliant, insistant, tentant même de soudoyer... Rien n'y a fait. J'étais prêt a camper la pour leur prouver a qui ils avaient a faire mais j'ai fait le calcul... Mon visa kirghize se terminait dans 3 jours, dont un samedi et un dimanche, ce qui m'empêchait de le faire renouveler. Donc 3 jours pour faire les 4 ou 500 km me séparant de la prochaine frontière, c'était déjà un peu juste... Mon extrême détermination allait sans doute se transformer en stupide entêtement, donc j'ai dis aux gentils militaires que j'avouais ma défaite, et je suis aller dormir plus loin.

Le lendemain, départ de bonne heure pour avaler les 70 km qui me sépare de la route principale. Coup du sort, mon câble de dérailleur trouve que c'est le bon moment pour lâcher. La bonne nouvelle, c'est que depuis que je l'ai changé, les vitesses sont réglées parfaitement. Le problème venait donc de la...

Chose merveilleuse au Kirghizistan, les camion s'arrêtent sur un signe de la main. Le premier ne va pas loin, donc je le laisse partir, mais le second va presque a Bishkek, donc j'embarque vélo et bagage au sommet d'une montagne de patates, et roulez jeunesse ! A 22h30, je suis a Tokmok, 70km de Bishkek. Je donne a mon chauffeur les 20 dollars convenus, ce qui est bien généreux, mais je suis un très mauvais négociateur, et il faut avouer qu'il m'a retiré une belle épine du pied. Je comptais en plus m'incruster chez lui pour la nuit, mais il reste dormir dans la cabine de son camion et il me propose une place a cote de lui. Comme c'est ça ou camper dans une sorte de parc dans les faubourgs de cette ville inconnue, j'accepte mais cette fois-ci, je négocie bien : 0 dollar la nuit.

Au levée du soleil, je prends congé de mon chauffeur et roule a fond vers la capitale, pour retrouver ce qui est devenu mon second foyer : Sakura Guesthouse.

Je rencontre sur la route un américain qui voyage (accrochez-vous) en triathlon ! Partie de Londres a la nage pour gagner la Manche puis Calais, il pédale depuis et projette de se mettre a la course pour le final, rien de moins que l'Hymalaya ! Maintenant, quand les gens me disent que je suis courageux, ou fou, j'ai un plus brave, ou cinglé, que moi a leur fournir.

Voilà. C'était rapide et sans photo mais je voudrais profiter d'un diner avec un groupe de japonais et un anglais rencontrés a l'auberge, donc je ne traine pas...



Merci pour les mails et les commentaires.



A bientôt, peut-être de la Chine, cette fois !



Repost 0
Published by remytdm - dans Kirghizistan
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 04:58

 

 

Me voici donc reparti. Premier coup de pédale... Et merde ! Mal au genou. Même douleur, même endroit. 11 jours sans vélo et je ne suis même pas sorti de la rue de la guesthouse que mon genou me lance a chaque flexion. Bon, c'est sans doute parce que je suis encore froid... Roulons pour voir. Je sors de la ville, sans en sortir vraiment puisque la longue route qui va occuper ma journée est une succession de villes et villages dans la continuité de la capitale. Bref c'est moche. Tout comme mon genou. Je roule 30 km en tentant différentes positions, des pauses, des étirements... Je réfléchis sérieusement a rebrousser chemin, mais pour faire quoi ? Rentrer a l'auberge pour attendre 11 jours de plus ? Pour consulter un médecin qui m'enverra faire une radio puis me dira : « je ne vois rien », ou « arrêtez le vélo », ou un autre truc peu rassurant. Ou demonter le velo, l'envoyer en France (ou au diable !) et continuer le voyage en transports en commun. Non, pas moyen. Il faudra bien que je reparte un jour, donc essayons aujourd'hui.  

 

Je roule donc la matinée, avale un laghman (bol de nouilles avec viande et legumes) et repars. Ce repas est l'occasion de constater que j'ai a peine plus de 2 euros en poche... Le pays a beau être peu cher, ça fait quand même un peu court. Je retirerai a la prochaine grande ville, qui n'est pas tout a fait sur ma route. Cet oubli m'oblige a faire 10 km de plus (dont je me serai bien passés, vous imaginez) pour... ne pas trouver de DAB, mais seulement un bureau de change qui me transforme 20 dollars en 900 Soms (et oui, ici on paye en som...). Ça suffira bien.



Après avoir quitter cette longue route droite, je bifurque vers la montagne et commence a grimper, légèrement, avant de me poser pour la nuit. Elle sera bruyante car les ruisseaux qui coupent le chemin au bord duquel je me suis posé n'empêche pas la circulation, même en pleine nuit !

 

RIMG3926 Aux pieds de la montagne.



Le lendemain ça grimpe, donc. 12 km pour arriver au dernier village, aux pieds de la montagne. Un peu d'eau pour la journée, un gros pain, et je suis parti. Le genou est sensible sans être un gros handicap non plus. Et ça reste stable au long de la journée, donc je continue.



A 15H, j'ai fait 30 km et grimpé de 1000m (de 860 a 1860 environ) Il me reste 20km et le col se passe par un tunnel qui est sensé être a 3500m... En Turquie, j'avais déjà monter 1000m en une grosse matinée, mais je commence a me dire que 2700m dans la journée, c'est bêtement ambitieux... Je vais donc sans doute le faire en 2 jours. Sauf si... un camion passe, me salue, je salue, je faire signe de grimper, il s'arrête, c'est gagné. Je cours jusqu'à la cabine et fait le mime pour dire qu'il y a un tunnel au bout et qu'il est plutôt dangereux pour un vélo (mal asphalté, mal aéré, étroit et pas éclairé...). Donc mon gaillard prends vélo et bagages dans sa benne et c'est parti pour la grimpette facile ! Enfin, facile pour moi car le camion en bave. Il ne fait pas plus de 15 km/h. La route continue un moment comme avant, passant d'un coté puis de l'autre de la rivière, puis arrivé au fond de la vallée, les lacets commencent et la je dois dire que je prends la mesure de ma « bête ambition ». La route serpente sur la même paroi, s'élevant inexorablement jusqu'à des hauteurs impressionnantes, desquelles on finit par voir la route sur laquelle on était il y a une heure, tout en bas... Terrifiant. Je suis décidément bien content d'avoir embarqué a bord d'un camion ! Puis, en haut, vient la neige et finalement le tunnel, glauque a souhait. Mais une fois de l'autre coté, quelle vue. Le soleil brille, même si c'est la fin de journée, et la vallée s'étend 1500m plus bas. Je fais signe a mon chauffeur que je ferais bien la descente a vélo, donc il me laisse descendre et le remercier chaleureusement. Le temps de remettre les bagages sur l'engin et de prendre quelques photos, je file a toute allure vers la plaine.

 

VIDEO ICI

 

RIMG3931

Mon sauveur, pardon, chauffeur.

 

RIMG3938

 

 

Arrivé en bas, j'ai juste le temps d'aller jusqu'au prochain village prendre de l'eau et trouver un coin idyllique, au bord d'un ruisseau et avec des montagnes dans toutes les directions, le soleil se couche.

 

RIMG3965 



Au réveil, je constate sur le thermomètre qu'il fait 0 degré dans la chambre de la tente ! Et effectivement, quand je sors, tout est givrée. La tente, le vélo et l'herbe sont tout blanc. J'attends donc avec impatiente les premiers rayons directs du soleil pour que tout ça fonde puis sèche...

 

 Je commence par me ravitailler dans des petits villages, mais ici les magasins sont peu fournis. Puis je descend la vallée de Kojomkul. La piste est mauvaise (sable, graviers, cailloux et taule ondulée) mais les parois rocheuses de part et d'autres de la rivière rivalisent de formes et de couleurs. Ne pouvant en rendre le charme par des photos trop étroites, je tente quelques petites vidéos, sans commentaire : ICI et LA.

 

 

RIMG4003 



Je perds un peu de temps a réparer une crevaison, puis a chercher une fontaine et/ou un magasin dans un village qui n'a ni l'un ni l'autre. Finalement, ce soir je pompe l'eau d'un ruisseau dans mon filtre et c'est bien suffisant.



Avant de redecoller, je tente de régler mon dérailleur arrière, toute une poésie que cette petite pièce indispensable mais souvent versatile ! Quelques courses plus conséquentes a Chayek (je trouve même des oranges !), pique-nique au bord de la route puis je quitte les berges de la rivière pour m'élever lentement vers la montagne. L'asphalte, c'est fini pour plusieurs jours ! Et la route caillouteuse est épuisante en montée. Je pédale plusieurs heures pour arriver aux portes des gorges qu'il va me falloir remonter vers Song Kol (Kol signifiant « lac »).

 

 


RIMG4009

Je campe dans le lit de la rivière, au milieu du vent et des cailloux, mais pas le choix ce soir.



Le lendemain, je traverse le dernier village indique sur ma carte, mais en fait de village ce ne sont que quelques baraquements des ouvriers de la mine de charbon. Pas de pain. Il va falloir économiser ce qui me reste...

 

RIMG4015

 

 

Ce jour-la, je monte mes 1000m de dénivelés (de 2250 a 3250 environ) dans un paysage superbe. D'abord les gorges, puis les lacets partant a l'assaut du col, et enfin le col en lui-même, tutoyant les sommets enneigés alentour. La montée m'épuise mais quelles récompenses :

Vidéo pendant, ICI

vidéo au sommet, LA



Ça y est, je suis a Song Kol. L'endroit est mythique et m'a bien fait fantasmer depuis que je prépare ce voyage. Je redescend vers le lac et commence a en faire le tour. Encore pas mal de kilomètres avant de l'approcher au plus près mais dans quel décor ! Les prairie jaunies parsemées de ruisseaux qui descendent en serpentant vers des eaux d'un bleu profond, le tout entouré de collines brunes et de roches couvertes de neiges. Les dernières yourtes de la saison et leurs troupeaux de chevaux, vaches, chèvres et brebis ajoutent un peu de vie a cet ensemble sauvage.



Ce soir, camping avec vue, et un cavalier qui vient me saluer et repart dans le couchant.


RIMG4041




RIMG4042



Je suis a 3000m cette nuit mais j'ai pris mes précautions et je n'aurait pas froid, malgré les 2degres dans la tente au matin. Mais pas le temps de trop trainer, j'ai aujourd'hui encore une longue journée qui m'attend. La matinée m'est nécessaire pour faire le tour du lac, sur une piste rarement plate, toujours caillouteuse et qui fait bon nombre de détours. Puis l'ascension du col me permettant de sortir de ce bassin commence, sous la menace des nuages, qui me protègent un peu du soleil mais pourraient bien se mettre a neiger d'un moment a l'autre... Autre sujet d'inquiétude, après le déjeuné, je n'ai plus de biscuit ou de pain, donc c'est chocolat et cacahouètes pour me donner des forces !

Heureusement, une famille qui s'apprêtait a se mettre a table m'invite a partager son repas sous la tente (une yourte coute quand même assez cher...). Un bol de laghman et quelques gorgées de Kumis (lait de jument fermentée) complète donc mon déjeuner. D'un point de vue gastronomique, c'est plutôt mauvais mais le goût de la rencontre et de la générosité prime sur le reste.



RIMG4051f

On a essayé de me refiler la femme en rouge. Pour rigoler, j'espère...



Ils m'indiquent le sommet a 3 km. Je repars donc confiant, mais je me rends compte dans la montée que mon bandeau d'oreilles est tombé de ma poche... Je fais 500m a pied pour tenter de le retrouver mais sans succès. Dois-je redescendre plus bas... pour remonter ensuite. Le choix est difficile mais non, au diable ce bout de tissu, j'en trouverai un autre !



Ce sera non pas 3 mais 6 km qui m'amèneront finalement en haut, après « seulement » 400m d'ascension. Ce qui m'entraine tout de même a 3450m, ma plus haute altitude jusque la, immortalisée dans une vidéo ICI.



La vidéo prise « sur le moment » doit bien refléter mon état d'esprit du moment : usé mais heureux. Et la descente qui m'attend vaut aussi tous ses efforts. Je m'arrête souvent pour prendre en photos les vallées qui s'ouvrent progressivement a mes pieds. Mais ces nombreux arrêts ne sont pas suffisants pour laisser refroidir les patins de freins qui, malgré le froid, chauffent jusqu'à sentir le caoutchouc brulée ! Bon courage a ceux qui veulent aborder Song Kol par l'ouest (la route principale selon les cartes) !

 

RIMG4059 Une vue magistrale parmi tant d'autres !



J'ai envie de pain pour le petit déjeuner, donc je pousse jusqu'au prochain village, ou on me regarde arriver avec encore plus de curiosité qu'a l'accoutumée... Je fais encore un kilomètre ou deux et me pose entre les dunes de roches, au soleil couchant. La parenthèse Song Kol se referme. La suite devrait être moins exigeante.

 

 


La journée suivante commence par une cote courte mais rude qui a néanmoins le mérite de m'offrir un dernier panorama sur la vallée que je quitte.

 

 

 

Puis ça descend et surtout je retrouve le bitume ! Je peux donc laisser rouler un peu... Le midi, je déjeune rapidement dans un petit café au bord de la route (oui vous avez devinez, laghman!) ou de si charmants bambins me harcellent pour que je les prenne en photos, mais aussi pour que je leur donne de l'argent ou a manger, ou n'importe quoi. La petite a droite surtout, qui me demande a manger alors qu'elle a une glace dans la main !

 

RIMG4073 



La route est sympa, je pédale peu et dépasse les troupeaux qui redescendent de la montagne. Mais même en descente je sens que je fatigue. Les derniers jours et la cote de ce matin me reste dans les genoux... Je fais une pause a Kochgor pour changer 20 euros et trouver un internet qui ne fonctionne qu'a moitie. Puis je quitte la ville, décidé a me poser tôt. Les prairies me font de l'œil mais elles sont un peu trop proches de la route et des habitations a mon goût donc je pousse jusqu'au réservoir, un grand lac artificiel. Celui-ci se révèle être de toute beauté. Le sable, les oiseaux, les odeurs de sels, tout y est pour me rappeler la mer. Même... le vent, qui souffle comme un enragé. Ajoutez a ça un sol pierreux ou il est impossible d'arrimer la tente... Je fais une tentative plus qu'inutile pour descendre vers la « plage » mais tout ce que j'y gagne, c'est pousser le vélo dans le sable et les graviers en m'épuisant pour remonter sur la route. Je continue donc puisqu'aucun abris ne s'offre a moi. Ça grimpe et rien ne change. J'ai faim, j'ai mal au genou... Vaincu, je prends un chemin perpendiculaire a la route et vais planter la tente en plein vent, juste avant que le soleil ne se couche...

 

 RIMG4078

Le reservoir.

C'était la journée de trop je crois et le lendemain je sens que mon genou ne va pas du tout être d'accord pour repartir. Je passe la matinée a lire et a faire de la mécanique (toujours ce dérailleur possédé par le démon !) puis décolle vers 13h, pour arriver au lac d'Issyk Kol, prendre de l'eau au premier village et planter la tente avant 15h, dans l'herbe grasse et abrité du vent par un bosquet d'arbre, pour changer.

Une petite vidéo en roulant, ICI

(merci d'apprécier la technique de cadrage finale !)

 

RIMG4084

Le lendemain, le genou est encore sensible. Je le ménage tant que je peux et change mille fois de position pour pédaler. Un peu de pluie, un peu de montées, mais je redescend finalement vers le lac pour le soir. Le temps est couvert et c'est bien dommage car a chaque éclaircie je prends la mesure de la beauté des lieux. Le lac, immense, et les cimes enneigées de part et d'autres.

 

Ce soir la je campe entre un champs et un ruisseau avec vue sur le lac d'un coté et les montagnes de l'autre.

 

RIMG4097

 Les couleurs ne sont pas truquees. Vive l'automne !

 

Encore une autre journée pour arriver a l'autre bout du lac. Le genou se tient a peu près tranquille tant que je ne force pas trop. Ça finira par se résorber avec le temps. En tout cas la douleur n'a plus rien a voir avec ce que c'était au tout début, avant de me reposer a Bishkek.

Le lendemain, on change de décor. Après une matinée sur la route principale, je bifurque vers la vallée de Yeti Otuz pour une petite randonnée dans la montagne. De toutes les vallées superbes autour de Karakol, celle-la semble être accessible aux véhicules et également une des plus belles donc.

 


Me voilà grimpant vers le village, puis vers l'extrémité « civilisée » de la vallée puis sur un chemin entre les parois rocheuses. On se croirait en plein grand Nord canadien !

 

RIMG4125 



Après 5 km, le chemin s'ouvre sur une superbe vallée, habituellement peuplée de yourtes accueillant les randonneurs. Mais la saison est finie et j'ai tout cette espace pour moi tout seul !



Voir mon arrivée ICI.



Ce soir, diner au feu de bois, sous les étoiles.



Et la nuit ne sera pas terrible, car j'aurai un peu froid et surtout je serai souvent dérangé par un animal non identifié venant roder autour de la tente et même subtilisant ma poubelle... Au matin, tout est gelé et je plie bagage sous un soleil malheureusement un peu voilé qui ne chauffe pas beaucoup.

Peu importe, a midi, je serai dans une ville, avec un vrai lit, un vrai douche et un repas chaud au restaurant (le mot de restaurant est un peu fort, vous vous en doutez...).

A peine arrive au restaurant, je tombe sur un couple de londoniens a qui je donne rendez-vous pour diner, dans un endroit qui ressemble déjà plus a ce qu'on appelle un restaurant dans notre douce France. On s'offrira même une bouteille de vin moldave tout a fait buvable (heureusement, elle est plus cher que ma chambre!).

Voilà, je me suis donc bien reposé a Karakol et je repars demain vers la frontière de toutes les incertitudes. Mais je suis confiant. En faisant pitié avec mon vélo, ma barbe et mon visa arrivant a expiration, je devrai passer. J'ai même acheté un paquet de cigarette pour corrompre les gardes frontières s'il le faut. Comme vous voyez je ne recule devant rien !



Voilà. Profitez de l'album photo du Kirghizistan, j'en ai mis un paquet.

 

Prochaine nouvelle, qui sait ? Peut-être serai-je... en Chine !!!!!!

 

Repost 0
Published by remytdm - dans Kirghizistan
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:46

Salut a tous.

 

Un minuscule message, surtout pour rassurer les parents car je n'arrive pas a envoyer de mail.


Tout va bien donc. J'ai fait Song Kol. Tres beau. Mieux que ca meme, vous verrez les photos et videos des que j'aurai trouve un internet potable, ce qui veut peut etre dire un moment !

 

 

Direction Issyk Kol maintenant. Le genou se fait encore sentir mais le plus dur est derriere moi (des cols a plus de 3200m). Et les paysages ont largement recompense les efforts.

Prochaines nouvelles depuis Karakol normalement.

A bientot

Remy

Repost 0
Published by remytdm - dans Kirghizistan
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 11:12

« Ça y est ! » comme crient les enfants. J'ai enfin mon visa chinois. J'ai payé 140 US$, ce qui semble être un prix correct et, pour tout vous dire, j'étais prêt a mettre beaucoup plus tant ce simple bout de papier était indispensable a la suite de mon voyage. Après bien des inquiétudes a ce sujet, je suis enfin libéré. J'ai encore 19 jours de visa kirghize (qu'il faudra peut être étendre, mais c'est apparemment une simple formalité), 60 jours pour ma seconde entrée au Kazakhstan, puis 30 jours en Chine. De quoi donc rouler tranquillement pour un moment. Après viendra le temps de renouveler le visa chinois une, puis 2 fois, mais si l'opération me met une nouvelle fois a la merci des autorités chinoises, au moins cette fois-ci serai-je déjà dans le pays !

 

 

Je m'apprête donc enfin a quitter Bishkek pour aller visiter ce pays qui m'attire tant. La saison est un peu avancée, mais tant qu'il y a du soleil, ce n'est pas grave. Je ne suis pas venu la pour faire de l'alpinisme ! Au moins, je suis sur d'éviter les foules...

 

Au programme, le « tunnel de la mort » (a prendre en camion, je vous rassure...), puis la vallée de Suusamyr, direction Song Kol (si la météo le permet), soit un des plus beaux endroits du monde selon l'avis de nombreux voyageurs, puis Issy Kol, le second plus grand lac d'altitude du monde. Arrivé a Karakol, deux possibilités : soit la frontière avec le Kazakhstan a rouverte et je file rapidement vers la Chine, soit elle est encore fermée, et je me tape un légerdétour de 1000 km pour repasser par Bishkek puis refaire le même trajet dans la région d'Almaty pour me retrouver a quelques dizaines de kilomètres de la ou j'étais avant... Autant vous dire que si la frontière est ouverte, c'est champagne. Mais comme je ne suis pas du genre a faire des plans sur la comète, j'attendrai d'être a Karakol pour me renseigner sur ce point.

 

Petit dernier aperçu de Bishkek. J'ai oublié de vous parler des visages. Ils sont d'une telle diversité que l'on peut s'assoir sur un banc et juste regarder les gens passer, c'est déjà un voyage ! Du faciès franchement chinois au mongol, en passant par tous les types de visages asiatiques, du plus clair au plus brun, avec en même temps des influences turcs et arabes encore présentes et renforcées par les pratiques issues de l'Islam. Grâce aux russes, on voit au milieu de tout cet exotisme nombre de personnes qui pourraient être de n'importe quel pays d'Europe. Des écolières blondes en socquettes blanches, des grands types roux, des vieilles femmes semblant débarquer d'Europe de l'est avec leur fichu couvrant les cheveux. Ajouter a cela les métissages et vous pouvez chercher dans la généalogie éclectique de chacun le même émerveillement que l'on cherche généralement dans la contemplation des architectures au influences multiples. Bref, j'ai l'impression de répéter cela a chaque fois, mais Bishkek est, comme les autres, une ville carrefour ! Et ça fait du bien de voir tout ce petit monde coexister avec bonne humeur.

 

Sur ces paroles optimistes, je vous souhaite une bonne journée a tous.

 


 

RIMG3919

Ces deux grands gaillards anglais ont repris la route 2 jours avant moi.

 

On the road again !!


Repost 0
Published by remytdm - dans Kirghizistan
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 09:28

 

 

Salut a tous.

 

Quelques nouvelles fraiches ! Je suis toujours Bishkek ou je végète tranquillement entre internet, recherche désespérée de livres en français et discussions avec les autres voyageurs. Mon visa chinois se fait plus que désirer. J'ai refiler le problème a un contact pêché sur internet, qui m'a amené a une agence, ce lundi 20 septembre (je suis pas suffisamment casse-cou pour tenter de le faire par moi même). J'ai eu le droit a la complainte habituelle « avant c'était plus facile mais depuis quelques mois les règles ont changé » etc. C'est en même temps vrai, et en même temps je soupçonne fortement les agences de surestimer les difficultés pour justifier leur tarifs (135 euros pour une semaine et 160 euros pour 1 jours)... Bref, l'ambassade est ouverte 3 jours par semaines (mais ce mercredi est férié en Chine) donc j'attends le visa pour vendredi, puis pour le lundi suivant (au passage je demande innocemment par mail si je peux payer le tarif normal puisque du lundi au lundi pour moi, ça fait une semaine...). Hier, donc, je me présente a l'agence, personne. Je fini par appeler mon contact, qui me perd en explications plus ou moins compréhensibles. Bref, mon visa a été refusé vendredi, et l'agence a refait un tentative lundi mais en tarif normal suite a mon mail ''innocent''. Ce qui, avec la semaine de vacances chinoises qui s'annonce, nous amène au 8 octobre !!

Je m'apprêtais a aller visiter le pays pour revenir a Bishkek chercher mon passeport avant de ressortir du pays, mais ce matin un mail m'avertit que le processus ''visa urgence'' me permet de le récupérer demain... Donc j'attends toujours...

 

 

RIMG3896

La "maison blanche", siege du gouvernement

 

Pour ce qui est de la ville. Je maintiens ma première impression : ce n'est pas Paris, Budapest ou Istanbul, mais c'est sympa, et la vie ne coute rien. Par contre impossible de trouver du tabac a rouler, et, plus surprenant (quoi que), des livres en français. J'ai réussi aujourd'hui a obtenir de l'Alliance française une pile de journaux et magazines plus ou moins récents. Ce n'est pas idéal pour le rapport temps de lecture / poids et encombrement, mais ces semaines de sédentarité et de transports motorisés ont eu raison de mon stock de livres. Je viens de commencer mon dernier roman (les 3 mousquetaires, 900 pages avec les commentaires) mais a chaque page lue je culpabilise comme le naufragé qui ne respecte pas les rations d'eau qu'il s'est lui-même fixé... Je ne désespère pas de rencontrer des voyageurs francophones dans le même état que moi pour un échange salutaire.

 

RIMG3889

Le bazar de Dordoy, constitué de piles de containers s'ouvrant en magasins

 

Pourtant, des voyageurs, j'en ai vu défiler depuis que je suis a Sakura Guest House. Un couple de coréens venu de Vladivostock en moto, deux jeunes anglais revenant des Pamirs a vélo, un américain en tour du monde depuis 18 mois, 14 lycéens allemands et leur prof de géographie voyageant 4 semaines dans le pays, histoire de bien commencer l'année, un japonais vivant en Ouzbékistan et venu refaire son visa, un architecte espagnol qui après 1 an de voyage en Asie du sud-est s'est décidé, plutôt que de rentrer a Barcelone, a prendre une autre année pour l'Asie centrale et orientale, un couple d'allemand, un de polonais, 3 autres polonais en route pour la Chine, une australienne passionnée de civilisations antiques déménageant de son pays vers la Syrie tout en parcourant l'Asie dans le désordre (avec 2 immenses sacs a dos!), une jeune allemande un peu paumée mais plus libre que l'air... Et le tableau ne serai complet sans la famille des gérants : mère kirghize, père japonais et 2 adorables fillettes qui jouent au milieu de tout ce monde et dont la plus jeune coure se cacher dans les bras de sa mère quand un étrange touriste barbu tente de lui dire bonjour en japonais (c'était pas moi mais l'espagnol!).

 

Bref, il y a de quoi discuter des heures avec tout ce petit monde !

 

RIMG3917

 

Pour ce qui est de se nourrir, ca va du casse-croute fri a 30 cents dans la rue au bon petit plat coréen préparé par les deux motards, en passant par... les saucisses Disneyland !

 

RIMG3894

Le chapelier fou et son ami lapin a l'heure du thé...

 

 

Quant au genou, il va beaucoup mieux même si je le sens encore parfois. Je ne pédale plus mais je marche, donc on verra bien quand je reprendrai la route...

 

Je vous laisse. Quand j'aurai enfin mon précieux visa, vous aurez droit a un petit message avant que je m'élance a l'assaut des montagnes kirghizes. Assaut qui sera forcement prudent et raisonnable car l'hiver arrive et certains cols que je voulais emprunter seront bientôt fermés. Mais la montagnes, c'est beau d'en bas-aussi !

 

Bises

Repost 0
Published by remytdm - dans Kirghizistan
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 12:03

Salut a tous.

 

Un petit mot pour vous dire que j'ai traverser sans encombre la partie occidentale du Kazakhstan et que je suis maintenant a Bishkek, Kirghisistan, ou je m'apprete a passer une semaine pour faire mon visa chinois et reposer un genou qui a un peu souffert ces derniers jours sur le velo. La ville est "typique", pas vraiment jolie mais sympathique et vraiment pas cher.

 

Je vous mettrai dans les jours a venir un petit recit de mes aventures kazakhs.

 

A bientot

 

Remy

Repost 0
Published by remytdm - dans Kirghizistan
commenter cet article